La relation père-enfant

Plus impliqués, plus présents, plus actifs et plus tendres qu’auparavant : on ne peut que se réjouir du nouveau rôle que les papas d’aujourd’hui entendent tenir. Mais en ne voulant plus être cantonnés à l’image du père autoritaire d’autrefois, les nouveaux papas tendent-t-ils à devenir des mamans bis ?

On reconnaît désormais leur importance dans la construction de l’enfant et son épanouissement mais quelle est la spécificité de la relation père/enfant ? Un spécialiste et un jeune papa nous répondent !

 

Trouver sa place


Après le choc de la naissance, il n’est pas toujours évident pour les jeunes pères de trouver leur place, surtout lorsqu’il s’agit d’un premier enfant. La relation entre la mère et le bébé est souvent très fusionnelle et le papa peut se sentir délaisser.

La place du père dépend beaucoup de celle que va lui laisser la mère, explique Benoît Le Goëdec, sage-femme et auteur avec Lionel Paillès du guide Papa débutant, paru aux éditions First. « Cela est plus facile pour la mère de céder de l’espace au papa lorsqu’elle est heureuse de la façon dont son enfant est venu au monde. Si elle en est insatisfaite, elle aura besoin de développer une relation exclusive avec lui comme pour prolonger la grossesse », précise t-il.

Mais bien entendu, tout dépend aussi de la capacité de ces messieurs à s’investir dans la relation. Pour Lionel Paillès, papa d’une petite fille et d’un petit garçon, le sentiment de « paternité » arrive tardivement et brutalement, au moment de la naissance. Au contraire des femmes, chez qui les bouleversements physiques dus à la grossesse permettent de réaliser plus progressivement le fait qu’elles vont devenir mère. Pour lui, tout se joue assez vite : « il faut bien sûr que la compagne laisse un espace suffisant mais il faut aussi s’imposer. La répartition des rôles se fait ensuite naturellement. »

 

Faire à sa façon


Selon notre papa sage-femme, pour que la relation puisse partir sur de bonnes bases, il ne faut pas que le père apprenne de la maman les soins à accorder au nouveau-né mais qu’il découvre peu à peu sa propre manière de faire les choses.

Bien souvent, comme le papa ne peut pas rester la nuit à la maternité, il est un peu en décalage par rapport à la jeune maman, qui aura appris tous les gestes du change ou de la toilette à l’occasion de son séjour en clinique. Lors du retour à la maison, il doit prendre le temps nécessaire pour trouver sa façon de prendre soin de son enfant.

Pour aider les jeunes papas à prendre confiance en eux et en leur capacité à faire aussi bien que leur compagne, Lionel Paillès leur conseille de s’occuper du biberon la nuit, une fois que le bébé n’est plus allaité. « Pour moi, c’était l’occasion de m’occuper de mon bébé comme je le souhaitais, sans sentir le regard de l’autre. C’est une bonne manière de se mettre dans le bain : j’ai passé de très jolis moments pendant ces nuits ! », raconte-t-il.

 

Un amour de papa


On parle beaucoup du phénomène des nouveaux pères, de plus en plus investis. Certains psychiatres s’inquiètent de ces papas qui doubleraient les mamans et perdraient leur particularité. Mais selon la sage-femme, ce n’est pas parce que le père va partager les soins du bébé qu’il va le faire de la même façon que la maman. Père et mère aiment autant mais sûrement différemment. Pour lui, « le père aime avec rudesse, avec masculinité ».

 

Papa et maman, des rôles différents


Si les nouveaux papas sont tout à fait capables de prendre aussi bien soin de leur nourrisson que les mamans, cela ne revient donc pas à dire que leurs rôles se confondent. Le père reste le premier tiers qui intervient dans la relation mère-enfant.
Benoît Le Goëdec aime à rappeler, au cours de la séance de préparation à la naissance pour les futurs papas qu’il anime, que « si la mère donne la vie au bébé et lui procure une sécurisation profonde, le père lui donne la liberté ». Il surprend le bébé, l’aide à prendre confiance en lui et à débuter sa socialisation. Pour Lionel Paillès, la relation père-enfant, est d’emblée une relation plus basée sur le jeu.

Le secret pour que les futurs papas s’épanouissent au mieux dans l’un des plus grands rôles de leur vie réside peut-être dans la préparation. « En ce qui me concerne, pour mon premier enfant, j’avais beaucoup de questions pratiques : « comment vais-je emmener ma femme à la maternité sans voiture ? Comment prépare-t-on un biberon ? » Une fois que j’ai trouvé des réponses, je me suis senti beaucoup mieux », explique Lionel Paillès.

Mais peut-être que la manière la plus efficace de le faire reste le dialogue entre le couple sur le fruit de leur amour. Parler du bébé à naître, de la place qu’il va prendre, de la manière dont on va s’organiser, permet aux futurs parents de se préparer à leur nouveau rôle et de se réjouir à deux de l’arrivée prochaine du nouveau membre de la famille….

Papa débutant, Le guide que tous les jeunes pères attendaient, Lionel Paillès avec Benoît Le Goëdec, sage-femme, First Editions, 9, 90 €

La sélection des mamans

Les conseils Natalys

Découvrir notre espace conseil Arrow_orange